blogue

Les finances personnelles d’un expatrié – Une série en 4 parties Partie 3

Découvrir Wanaka, Nouvelle-Zélande avec mon auto!
Découvrir Wanaka, Nouvelle-Zélande avec mon auto!

Partie 3 – Transport et budget

Dans cet avant-dernier article de la série sur les finances personnelles d’un expatrié, nous allons discuter de mon expérience avec les différents moyens de transport disponibles en Angleterre et en Nouvelle-Zélande. Si c’est le premier texte de cette série que vous lisez, vous pouvez retourner explorer les deux premiers sur les visas et l’hébergement.

Une fois arrivé dans votre nouveau pays, vous allez devoir très rapidement trouver le moyen de transport qui vous convient le mieux dépendamment de votre budget et de vos besoins. Comment allez-vous vous déplacer au travail? Est-ce que vous voulez explorer le pays lors de vos temps libres? Voulez-vous habiter au centre-ville ou dans une banlieue? Est-ce que votre expérience d’expatrié sera de courte durée ou planifiez-vous rester longtemps? Ce sont toutes des questions qui doivent se poser pour faire le meilleur investissement sur le plan du transport. Une chose est certaine; vous ne voulez certainement pas perdre votre argent parce que vous avez acheté une passe de métro mensuelle que vous utiliserez seulement une seule fois!

Quand je suis arrivée en Angleterre, je n’avais pas les économies nécessaires pour m’acheter une automobile et j’ai plutôt décidé de compter sur le transport en commun. Heureusement pour moi, le transport collectif britannique est excellent et il a été très facile de me déplacer et d’explorer le pays sans auto. J’habitais à Newcastle Upon Tyne, dans un quartier au nom d’Heaton, juste à l’extérieur du centre-ville. Celui-ci était à environ 45 minutes à pied et à 10 minutes en métro ou en autobus de mon logement. Du centre-ville, il était très facile d’embarquer dans un train et d’aller aussi loin que le service ferroviaire national britannique le permettait (presque partout au pays). Leur système ferroviaire est très efficace puisque plusieurs travailleurs l’utilisent régulièrement pour faire la navette vers le travail et le train vous sauve du trafic qui peut être très lourd à certains endroits. Par exemple, mon travail était à Durham, une petite ville au sud de Newcastle, et je prenais le train tous les jours pour m’y rendre. Durham est à environ 30-35 minutes en auto de Newcastle (sans trafic) et à environ 12 minutes en train. La passe ferroviaire mensuelle pour cette route coûte entre £101 et £131. J’aurais aussi pu choisir l’option la moins chère et prendre l’autobus, mais le trajet d’une heure ne valait pas les économies de £10-£15 par mois à mon avis. Comme je n’avais jamais pris le train au Canada pour me rendre au travail, j’étais bien contente de vivre cette expérience britannique!

En revanche, j’ai eu une expérience totalement différente en Nouvelle-Zélande en ce qui concerne le transport. Si je n’ai pas ressenti le besoin d’avoir une automobile en Angleterre, j’en ai définitivement senti le besoin en Nouvelle-Zélande. Le pays entier fait partie de la « Ring of Fire » (la zone chaude de l’océan Pacifique où se produisent de nombreux tremblements de terre et éruptions volcaniques); investir dans un système ferroviaire aussi développé que l’Angleterre serait difficile et coûteux. Vous pouvez tout de même prendre le train et l’autobus pour explorer le pays puisqu’ils ont un service qui relie les villes principales. Si vous voulez voir du pays et sortir des centres principaux, vous allez avoir besoin d’une automobile. Je vous le recommande fortement puisque la plupart des joyaux cachés et des activités extérieures ne se trouvent pas dans les villes. Je me suis donc acheté une automobile usagée d’un concessionnaire de reventes pour environ $NZ 6000 que j’ai revendu deux ans plus tard pour $NZ 4000. L’achat de voitures usagées est très commun en Nouvelle-Zélande et vous allez avoir le choix de plusieurs concessionnaires. J’ai utilisé l’automobile pour explorer dans mes temps libres et pour faire des commissions. Mon emploi était au centre d’Hamilton et je préférais marcher pour aller au travail qu’avoir à subir le trafic et les coûts de stationnement du centre-ville. Puisque je l’utilisais seulement occasionnellement, le plein de gaz me coûtait environ $NZ 80 aux deux semaines.

Quand vous prenez la décision de partir à l’étranger, c’est généralement pour le travail et pour vivre l’expérience d’une nouvelle culture. Savoir quels sont les moyens de transport disponibles est un aspect important de votre expérience globale; parce qu’en plus de travailler, il faut penser au plaisir d’explorer et de découvrir ce que le pays a à offrir. Je suis certaine que mon expérience néo-zélandaise n’aurait pas été la même sans auto. Mon conseil est de faire vos recherches, d’estimer vos besoins et de budgéter en conséquence! Le dernier article de cette série sera sur le compte bancaire et le magasinage.

Cynthia Côté