blogue

Budget : 7 conseils pour maintenir l’harmonie dans votre couple

Largent est lune des sources de discorde dans un couple. Et la Saint-Valentin qui approche à grands pas… À défaut de vous offrir une boîte de chocolats, et puisque vous êtes des romantiques dans l’âme, Budget Express vous propose pour l’occasion quelques conseils pour gérer adéquatement vos finances personnelles… en couple!

  1. Se parler du sujet en toute transparence

Ici, pas de cachette! Il n’y a aucun mal à discuter de vos actifs et passifs respectifs, de vos antécédents en matière de crédit, de vos priorités financières et de tout ce qui touche vos finances personnelles. Puisque vous avez des projets communs — l’achat d’une maison ou la planification de votre retraite, à titre d’exemple —, mieux vaut mettre cartes sur table pour éviter toute complication dans le futur. À défaut, vous vous ferez prendre dans le détour…

  1. Mettre la main à la pâte

Discutez ensemble de tous les points nécessaires pour éviter les malentendus et les frustrations. Il est d’ailleurs impératif de travailler en équipe pour s’occuper de vos finances personnelles. Qui sera responsable de la gestion mensuelle du budget? Qui s’occupera des paiements de factures? Fixez-vous un moment commun durant le mois pour réviser la progression de vos épargnes et votre situation budgétaire.

  1. Répartir les dépenses communes de façon optimale

S’il existe un écart de salaire significatif entre les deux partenaires, le fait de diviser les dépenses communes (hypothèque, électricité, chauffage, épicerie, pharmacie et vacances estivales, par exemple) à parts égales n’est pas la solution optimale à envisager.

Mieux vaut répartir celles-ci au prorata du salaire annuel de chacun pour permettre au conjoint ayant une rémunération moindre de maintenir un train de vie comparable à l’autre. En n’assumant que 35 % des dépenses communes, votre douce moitié serait alors en mesure de rembourser ses dettes personnelles, d’épargner en prévision de la retraite et de vous accompagner à votre restaurant préféré.

  1. Utiliser plusieurs comptes bancaires

Il est certes judicieux d’utiliser un compte conjoint pour assumer les dépenses communes mentionnées précédemment. Chaque individu se doit cependant de conserver son compte bancaire personnel dans l’objectif de favoriser son indépendance. Vous aurez ainsi le loisir de vous offrir la paire de souliers convoitée, sans obtenir l’autorisation préalable de votre conjoint(e). La même façon de fonctionner peut être utilisée pour les cartes de crédit : une pour vos dépenses communes et une deuxième pour vos achats personnels.

  1. Faire rédiger des documents d’importance

Qu’arriverait-il en cas de… pépin? Prenez un instant pour réviser vos différentes couvertures d’assurances personnelles et collectives. Êtes-vous bien protégés par une assurance invalidité? Rappelez-vous que votre capacité à générer du revenu demeure votre plus grand actif. Votre conjoint(e) comprend-t-il bien les documents que vous lui glissez sous les yeux? Et si c’était l’occasion de discuter de contrat de vie commune, de mandat de protection et de planification successorale? Un coup de fil au notaire s’impose peut-être…

  1. S’initier à la notion de patrimoine familial

Après un an de vie commune, plusieurs conjoints de fait croient qu’ils bénéficient des mêmes droits que les couples mariés. C’est faux! Et une séparation n’arrive pas « qu’aux autres ». Pour conserver l’harmonie financière entre les conjoints, peu importe les aléas de la vie, il est recommandé de vous initier à la notion de « patrimoine familial ». Éducaloi vous en résume d’ailleurs les grandes lignes ici. (https://www.educaloi.qc.ca/capsules/les-biens-du-patrimoine-familial)

En comprenant bien les modalités de celui-ci, vous pourrez ainsi, en couple, prendre les meilleures décisions qui soient. Par exemple, vous pourriez ouvrir un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) au début du mariage. C’est celui-ci qui deviendrait entièrement partageable dans l’éventualité de la dissolution de l’union. Par contre, votre premier compte REER serait soustrait des règles du patrimoine familial…

  1. Se rappeler que l’argent n’est pas une finalité en soi

Vaut-il la peine de vivre une embrouille avec l’être aimé pour des raisons financières? Sûrement pas. L’argent n’est jamais une finalité : elle vous offre la possibilité de rêver, d’être libre et de subvenir à vos besoins. Voyez-le comme un outil, tout simplement. En appliquant quelques-uns des principes mentionnés précédemment, votre vie n’en sera que plus harmonieuse! Soyez généreux l’un envers l’autre. Mais assez discuté, maintenant: tchin tchin, à l’amour!

Dominique Lamy, fondateur et président

Visitez notre site web: Le fin mot de l’histoire